le Chat

Photo Muriel SIMON

Les chats sauvages et les chats domestiques

Le chat quel animal bien mystérieux !! L’homme et les chat se côtoient depuis près de dix mille ans maintenant et pourtant il n’en reste pas moins énigmatique…Comme le chien, il arrive aussi que les chats domestiques développent des troubles du comportement comme la malpropreté ou l’agressivité envers les humains ou les congénères.

Tous les chats domestiques (felis silvestris catus) descendraient du chat sauvage africain, qui contrairement au chat sauvage européen, n’a pas peur d’approcher l’homme. Au fil des siècles le chat a été soit idolâtré ou détesté pour aujourd’hui être notre animal de compagnie préféré (la France compterait 15 millions de chats domestiques).

Contrairement au chien où de nombreuses races ont été, à l’origine, créées par l’homme dans un but utilitaire, le chat dans sa domestication a connu peu de changements comportementaux et physiques.

On peut cependant distinguer deux types de chat : le chat de gouttière ou sans pedigree (issu de croisements de chat de famille et de chat errant (chat haret) et le chat avec pedigree dont 54 races (sur 72) sont reconnues au LOOF* (Livre Officiel des Origines Félines).  

De nombreuses races sont récentes avec un développement qui a commencé au XIXe siècle. Cette sélection contrôlée par l’homme touche essentiellement la morphologie et l’esthétisme. Elle n’a jamais été dans un but fonctionnel ou d’utilité. Le chat reste avant tout un félin et un animal territorial et il est important de respecter ses besoins.

L’instinct de prédation est extrêmement important chez le chat, c’est dans son ADN. C’est un chasseur né, spécialisé dans les petites proies (rongeurs, oiseaux, insectes…). Le mouvement le fascine et il peut passer un temps fou à regarder une mouche sur une vitre. Tout ce qui bouge va attirer son attention surtout quand le déplacement est désordonné. Le chat ne chasse pas pour manger mais bien pour chasser. Un chat, qui peut sortir de chez lui, va pouvoir combler ses instincts mais par contre un chat d’appartement n’aura pas les mêmes possibilités. Il pourra alors développer des troubles du comportement comme attaquer violemment les mains ou les pieds des humains, agresser les autres animaux du foyer…

Photo Muriel SIMON

Le chat est un animal territorial c’est-à-dire qu’il est avant tout attaché à un espace. Un chat qui a la possibilité de sortir dans un jardin avec une chatière pour aller et venir à sa guise aura la possibilité d’établir son territoire comme il l’entend. Un chat d’appartement vit dans un environnement contraint. Il sera donc très important d’organiser son espace en différents points, enrichissements et en trois dimensions. Un chat mal à l’aise dans son environnement peut développer des états anxieux voire dépressifs.

Photo Muriel SIMON

Un défaut de socialisation ou des traumatismes (maltraitance, abandon, accidents de la vie…) sont aussi la source de troubles du comportement. Ce qui compte pour le chat, c’est la stabilité de son environnement et si celui-ci est modifié, il en sera perturbé. Nous faisons partie de son décor familier, ne dite-on pas que nous vivons chez nos chats.

Photo Muriel SIMON

Vous êtes vous déjà posé la question si votre chat était bien dans ses pattes ? Si vous lui apportiez toute la stabilité qui lui est nécessaire et que ses besoins étaient respectés ?

Entente Animale

Activité indépendante hébergée par la SCIC CAE L’Envol – Coopérative d’Activité et d’Emploi  2 rue Mably – 21000 DIJON n° Siren 480 211 192 RCS DIJON 480211192

Stéphanie Couteau

contact@entente-animale.fr

06.30.51.35.20

DIJON